Oops, you're using an old version of your browser so some of the features on this page may not be displaying properly.

MINIMAL Requirements: Google Chrome 24+Mozilla Firefox 20+Internet Explorer 11Opera 15–18Apple Safari 7SeaMonkey 2.15-2.23

La toxicité cutanée est un effet de classe – typiquement, il faut s'attendre à des modifications de la peau légères à modérées chez presque tous les patients exposés à un traitement d'EGFRI.1,2,3,4 Éviter de traiter ces effets indésirables de façon sous-optimale - cela pourrait entraîner des retards inutiles dans l'administration de la dose d'EGFRI ou des interruptions de traitement.

La toxicité cutanée est un effet secondaire basé sur un mécanisme ciblé, dépendant de la dose et causé par l'inhibition de l'EGFR dans la peau. Ce n'est pas une allergie. Par conséquent, le traitement dermatologique devrait apporter un soutien pendant que le traitement d'EGFRI se poursuit.6

Les principes de traitement de la peau vont probablement maximiser le bénéfice que le patient retire du traitement par un EGFRI.5 Par conséquent, les traitements des toxicités dermatologiques induites par des EGFRI devraient

  • ne pas interférer avec les effets antitumoraux
  • avoir des effets indésirables minimes
  • être facilement administrés
  • inclure les portes d'entrée de la radiothérapie pendant le traitement combiné
  • être essentiellement adaptés au type de lésion.

Le rash est acnéiforme mais ce n'est pas de l'acné – les comédons sont absents et la peau est beaucoup plus sensible. Par conséquent, il faut éviter de recourir à des traitements anti-comédons tels que rétinoïdes topiques ou α-hydroxyacides.6 De plus, l'utilisation en automédication de préparations contre l'acné n'est pas recommandée en raison de l'exacerbation de la sécheresse et de la desquamation qu'elles peuvent provoquer.6,7,8,9,10

Envisager de consulter un dermatologue en temps opportun dans les cas sévères ou inhabituels.6

Il est important d'intervenir tôt.11,12

  • Commencez le traitement dès les premiers signes de rash.
  • Recherchez la présence de douleurs, de peau fissurée ou de suintements au niveau du rash.
  • Typiquement, la préférence est donnée aux lotions et aux crèmes plutôt qu'aux formulations de gels, en particulier pour des lésions étendues.10,11,12,13
  • Utilisez avec prudence les agents topiques car les patients peuvent être anormalement sensibles aux irritants ou aux allergènes.5
  • Aidez vos patients à faire face au stress psychologique et physique du rash.

Une surveillance étroite est importante.

  • Anticipez une infection cutanée secondaire et traitez rapidement.10,11,12,13
  • Assurez-vous que le patient puisse contacter quelqu'un si les symptômes cutanés devaient se détériorer, de façon à ce que le traitement dermatologique de soutien puisse être modifié en conséquence.
  • Anticipez et prévenez/traitez les effets indésirables secondaires à la consommation d'alcool combinée à la prise d'antibiotiques (par ex. vaginite, gastrite, diarrhée, érythème accru), ainsi que les effets indésirables secondaires au traitement anti-inflammatoire, antibiotique ou analgésique.

Envisagez une intervention pour soulager la douleur si nécessaire7 et procédez par paliers conformément aux recommandations de l'OMS ou aux recommandations en rapport avec l'OMS.14

Références

1European Medicine Agency. Tarceva® (erlotinib) Summary of Product Characteristics 2009.
2European Medicine Agency. Erbitux® (cetuximab) Summary of Product Characteristics 2009.
3European Medicine Agency. Vectibix® (panitumumab) Summary of Product Characteristics 2009.
4European Medicine Agency. Tyverb® (lapatinib) Summary of Product Characteristics 2010.
5Lacouture ME. Nat Rev Cancer 2006; 6: 803-812.
6Segaert S. Targeted Oncol 2008; 3: 245-251.
7Peréz-Soler R et al. Oncologist 2005; 10: 345-356.
8Segaert S & Van Cutsem E. Ann Oncol 2005; 16: 1425-1433.
9Pizzo B. Clin J Oncol Nurs 2004; 8: 385-392.
10Dick SE & Crawford GH. Commun Oncol 2005; 2: 492-496.
11Sipples R. Semin Oncol Nurs 2006; 22: 28-34.
12Rhee J et al. Clin Colorectal Cancer 2005; 5(Suppl 2): S101-S106.
13Garey JS et al. J Clin Oncol ASCO Annual Meeting Proceedings 2005; 23; 823.
14World Health Organization. WHO's pain relief ladder 2009.

Dernière mise à jour de cette page en 2009.

This site uses cookies. Some of these cookies are essential, while others help us improve your experience by providing insights into how the site is being used.

For more detailed information on the cookies we use, please check our Privacy Policy.

Customise settings